Après sa naissance à Gap (Hautes-Alpes) en 1978, Loïc Verdier suit sa famille au Pakistan où il apprend à marcher, puis au Nigeria où il apprend à nager, puis à Abu Dhabi où il apprend à dessiner, puis à Singapour où il apprend à écrire. À Hong-Kong, dans un éclair de créativité, il combine l’écriture et le dessin et réalise ses premières bandes dessinées. En Égypte, il en fait beaucoup moins car les fresques égyptiennes et les bandes dessinées de Golo lui donnent des complexes. À Paris, il commence par étudier la philosophie, puis le droit, puis la manière d’échapper à toute carrière juridique. Il reprend alors la bande dessinée et publie des histoires courtes, sous le pseudonyme « Loco », avec les collectifs Onapratut, Social-Traître, Dérive Urbaine et surtout The Hoochie Coochie, tout en étant rédacteur-journaliste dans une organisation internationale. Il a aussi travaillé pour le cinéma en réalisant le storyboard et les décors de La Boîte d’Oscar, un court métrage de Mathieu Guetta (2012). Il était résident à la Maison des Auteurs d’Angoulême de juillet à août 2015. Il publie en 2018 aux éditions Casterman une bande dessinée d’aventures historiques et ethnologiques intitulée La Farce des Hommes-Foudre, qui porte sur les nomades tibétains du Kham, écrit et scénarisé avec Matthieu Alexandre et mise en couleurs par Nicolas Vilet. Loïc publie également des bandes dessinées pésagogiques pour le département Swahili de l’Institut National des Langues Orientales (INALCO). Il était en résidence à la Maison de Gurnah en novembre et décembre 2019.

Loïc Verdier dans la Maison de Gurnah – Photo © Didier Cottet 2019